Analyse DECOS sur éolien

Projet de parc éolien du banc de Guérande

Le changement climatique, la pollution et l’effet de serre sont devenus depuis quelques années des questions majeures dans nos sociétés. La réduction des gaz à effet de serre, dont les émissions de CO2, est plus que jamais indispensable dans les utilisations domestiques et industrielles. Une part importante de ces émissions est due à la fourniture et à la consommation d'énergie.

Les enjeux relatifs à l’épuisement des ressources et à la préservation de la biodiversité et des écosystèmes sont également devenus fondamentaux.

Les économies d'énergie, à la fois sous les deux aspects production et consommation, doivent et permettront de plus en plus de limiter la production d’énergie non renouvelable avec le corollaire incontournable d’accroître la production d’énergie renouvelable.

C’est dans ce cadre que les préfectures de région et maritime de l’Atlantique ont organisé avec la Direction régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement (DREAL), en date du 07/12/2009 et du 27/01/2010, deux réunions de concertation ayant pour objet la planification régionale du développement des énergies marines renouvelables. À ces réunions ont participé de nombreuses associations dont DECOS. L’objectif initial était de déterminer la part que pouvaient apporter les Pays de Loire dans l’atteinte de l’objectif de production de 6000 MW en 2020 avec l’éolien en mer et les autres énergies marines renouvelables (Grenelle de l’environnement, de la mer et Loi Grenelle 2).

Mais le préfet a recentré la concertation en 2e réunion sur l’éolien fixé au fond marin et s’engageant à reprendre ultérieurement la concertation sur les autres énergies marines renouvelables.

L’État a ensuite déclaré la zone maritime de l’estuaire et au sud du Croisic propice à l’implantation d’éolien offshore, zone qui inclut le banc de Guérande mais pas le plateau de la Banche. Il faut rappeler que le même plateau de La Banche avait fait débat en mars 2009 avec le Conseil de Développement, comité consultatif de Cap Atlantique, qui avait affiché son opposition au projet d’implantation de 12 éoliennes en mer par EDF Energies Nouvelles, préférant le photovoltaïque et l'isolation du bâti existant.

Depuis cette date, de nombreuses réactions, déclarations, publications, soutiens, oppositions et sondages ont été produits que ce soit au niveau national ou local.

Les élus du Conseil Général de Loire Atlantique et du Conseil Régional ainsi que les acteurs économiques - en particulier les filières industrielles dont marines de Saint Nazaire comme le pôle industriel Atlantique Néopolia - se sont engagés favorablement sur ce dossier. Les municipalités les plus concernées sont restées par contre plus prudentes sur ce sujet.

À l’inverse, de nombreuses associations de la Fédération Presqu'île Environnement ont émis un avis défavorable et se sont pour partie regroupées sous forme d’un collectif de "Défense de la Mer" qui oppose fermement la défense des fonds marins à l’éolien offshore sur le Banc de Guérande, avec une voix dissonante de l’association Pen Kiriak qui souhaite plutôt débattre pour protéger l’environnement, si le projet du banc de Guérande se réalise.

L’État, décideur dans ce projet implanté en domaine maritime, qui avait lui-même annoncé dès début octobre 2010 le lancement du premier appel d’offres de parc éolien en mer « d’ici à 15 jours », a, depuis, annoncé par lettre du Président de la République qu’il avait décidé de ne pas retenir la zone au large de Noirmoutier et c’est aussi le Président de la République qui annonça à Saint Nazaire le 25 janvier 2011, le lancement d'un appel d'offres d’une puissance installée de 3000 MW (budget 10 milliards d’€, réponse des postulants : novembre 2011 et sélection des lauréats : 1er trimestre 2012), dont une puissance maximale de 750 MW et une surface de 78 km² pour le projet du banc de Guérande.

Dans ce contexte l’association DECOS a décidé de rechercher les principaux points d’impact sur l’environnement et le Développement Durable de ces différents projets avec l’objectif de prendre position sur le projet de parc éolien proposé sur le banc de Guérande.

Cette démarche doit aussi permettre le dialogue avec toutes les parties prenantes et aboutir à l’intégration dans les projets de parades ou de mesures d’atténuation aux risques environnementaux.

Télécharger l'article

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

Ce site n'est plus mis à jour par l'association DECOS

 

Pour accéder au nouveau site

cliquez sur le logo ci-dessous

 

Accès au site officiel de l'association DECOS