Le hérisson

  Objet d’une étude dans la ville de Nantes

En effet deux étudiantes de Nantes sont chargées par cette ville d’analyser le comportement, en ville, de ce petit mammifère d’Eurasie.
Cette étude vise à mieux le comprendre et à protéger la biodiversité en ville.

I – Description, biologie, habitat, reproduction

Le hérisson présent dans la Presqu’île guérandaise est « le hérisson d’Europe ».
A la naissance il pèse environ 20g. Il grossit très vite et peut atteindre 250g à l’âge de 6 semaines. Son  dos et ses flancs sont recouverts de piquants rigides et résistants (6000 environ). Un adulte pèse de 800 à 1200g poids maximum 2000g.
On repère sa présence par les crottes déposées la nuit sur le terrain.
La longévité du hérisson est de 7 et 10 ans maximum, mais il vit 3 ans en moyenne car la mortalité est très élevée.

Il se déplace la nuit et reste à couvert le jour. Il se nourrit de lombrics, de carabes, de chenilles, d’araignées, de limaces, parfois de grenouilles, de lézards, de petits rongeurs, d’oisillons, d’œufs, de cadavres y compris ceux de poissons, mais aussi de fruits et de champignons. Cet animal classé insectivore est en réalité omnivore.

Il souffle et grogne comme un cochon lorsqu’il mange. Menacé le hérisson se roule en boule et hérisse ses piquants.

A l’origine le hérisson habitait les lisières de bois, les haies, les prairies buissonneuses jusqu’à 2000m en montagne. Aujourd’hui il s’est adapté aux milieux semi naturels et même urbains.

Elle a lieu du début avril à fin août, la gestation dure de 31 à 35 jours. Il y a 4 à 6 petits par portées et 1 à 2 portées par an. Les jeunes quittent le nid à 22 jours et sont sevrés à 6 semaines puis la famille se disperse pour toujours. Les petits hérissons, pas plus gros qu’un citron, ne pèsent que 250 g et doivent faire leurs réserves pour l’hiver. Le but est d’atteindre plus de 400g pour hiberner. Cette période est difficile et deux jeunes sur trois meurent avant d’atteindre un an.

II -Hibernation

La période la plus curieuse dans la vie d’un hérisson est celle de l’hibernation (de novembre à avril environ). Elle est déclenchée par plusieurs facteurs (température diurne en dessous de 13 ou 14° et nourriture disponible, quantité de réserves graisseuses accumulées). Le hérisson hiberne dans un nid de feuilles et de paille dans le sol, sous un tas de bois ou de pierres. Son sommeil est coupé de réveils toutes les semaines lorsque la température avoisine 0° afin que ses fonctions soient réactivées.

La plupart des hérissons changent de nid au moins une fois au cours de l’hiver.

III -Menaces pesant sur le hérisson

En plus de l’hibernation très meurtrière il faut ajouter les maladies infectieuses, les dangers de la route, l’ingestion des pesticides et insecticides, la prédation du renard, de la buse, de la fouine, du chat et du chien. C’est surtout la disparition du végétal qui fait demander à Philippe Clergeau Professeur du Muséum National d’Histoire Naturelle de Paris de remettre en place un maillage vert permettant aux espèces de circuler librement.

IV -Jardinier(e)s, et hérisson

      Le hérisson grand dévoreur de limaces, escargots, rongeurs est un auxiliaire précieux pour débarrasser le jardin des petites bêtes indésirables. Il n’y a plus besoin d’utiliser des produits phytosanitaires dangereux pour l’environnement et l’homme. Le hérisson s’en charge gratuitement.

V -Protection

      Accueillez-le, respectez-le et protégez-le. D’ailleurs sur le plan national c’est une espèce protégée par la loi, c'est-à-dire que le piégeage, l’empoisonnement, la destruction, le transport, la détention en captivité et le commerce sont strictement interdits.

Comment faciliter l’intégration du hérisson dans notre environnement ? En plantant des haies, et en laissant des ouvertures pour leur passages car ils ont besoin de beaucoup d’espace (15 à 40 Ha.) !!! Naturellement il faut pratiquer un jardinage biologique et ne pas perturber son sommeil hivernal. Eventuellement on peut s’adresser au Centre de soins de la faune sauvage de l’Ecole Vétérinaire de Nantes qui accueille, soigne et relâche gratuitement tout animal sauvage en détresse. (Tél. 02 40 68 77 76).

VI - Conclusion

Le hérisson, ce petit mammifère nocturne, est un bon indicateur de la biodiversité même en ville. Il est de plus un excellent auxiliaire pour l’environnement en régulant les populations de ravageurs qu’il consomme.

 

                                                                                                                            MSB

 

Pour en savoir davantage vous pouvez consulter entre autres :

Internet

Le Guide complet des mammifères de France et d’Europe de Mc Donald et Barret   Edition Delachaux et Niestlé

La Hulotte n° 77 « le hérisson »  08240  BOULT aux BOIS

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

Ce site n'est plus mis à jour par l'association DECOS

 

Pour accéder au nouveau site

cliquez sur le logo ci-dessous

 

Accès au site officiel de l'association DECOS