La rainette verte

 Hyla arborea
Famille des hylidés

                                Son nom est le diminutif de rana et signifie petite grenouille en latin.

 I – Description, biologie, habitat, reproduction

               Elle est en effet petite, d’une quarantaine de mm environ. Cette petite grenouille a la peau lisse et luisante. Elle est arboricole avec des pattes longues et grêles dont l’adhésion se fait par une sécrétion visqueuse des pelotes qui s’aplatissent sous la pression de la troisième phalange. Elle peut se fixer  aux parois les plus verticales.
            Elle vit dans les arbres où elle se dissimule grâce à sa couleur vert tendre qui peut se nuancer selon le milieu. Le ventre est blanchâtre. Une ligne noire va des narines aux flans avec une petite barre oblique sur le dos.
            Elle se nourrit d’insectes.
            Elle descend des arbres pour hiberner dans la vase et pour se reproduire. En avril ou mai les mâles se rendent près des points d’eau et appellent les femelles la nuit par un chant très sonore qui est inattendu de la part d’un animal de si petite taille. Ce chant est très rapide et répété plusieurs fois par seconde. La puissance de ce chant est due à la présence d’un sac vocal énorme placé sous la gorge du mâle lequel se gonfle démesurément avec l’air brusquement chassé des poumons. Le sac fonctionne comme une caisse de résonance.
            Les œufs pondus par la femelle vont au fond de l’eau. Ils forment de petits paquets séparés les uns des autres, chaque paquet ayant environ la taille d’une balle de tennis. La métamorphose (œufs, têtards, adulte) se produit en juillet août.

II – Distribution

            La rainette verte est présente dans la Presqu’île guérandaise près des points d’eau (elle est également présente dans toute l’Europe et l’Asie au sud du 55 ° parallèle ainsi qu’en Afrique du nord). Curieusement elle ne l’est pas en région méditerranéenne (sud-est de la France et de l’Espagne).
          Ces derniers pays possèdent par contre la rainette méridionale ayant beaucoup de points communs avec la rainette verte. Elle s’en différencie notamment par l’absence de la ligne noire.
          Un mystère éclairci : en 2004 un habitant du Croisic a trouvé dans son jardin non loin de la baie du Castouillet une rainette bleu turquoise. Etait-ce une rainette d’un nouveau genre ou venue d’une région lointaine ? Après enquête, le Muséum d’Histoire Naturelle de Nantes a apporté la réponse : la couleur verte est due à la combinaison de pigments bleus et jaunes. Notre rainette était tout simplement dépourvue de pigments jaunes.

III – Protection

           La rainette verte est un amphibien protégé. Depuis 1993 un arrêté ministériel en interdit la mutilation, la naturalisation, le colportage, la vente…..

           D’autre part l’inventaire récent des zones humides devrait être un pas vers la protection de cet habitat si riche en biodiversité faunistique et floristique.
           Hélas peu à peu les zones naturelles disparaissent du fait des activités humaines. Or dans chaque milieu chaque espèce joue un rôle et il faut se réjouir de constater la présence de cette rainette en presqu’île guérandaise et se mobiliser pour protéger la faune terrestre et aquatique existant en presqu’île.

           Ainsi contribuerons nous, nous aussi, à sauvegarder la petite faune en l’an 2010 année de la biodiversité.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

Ce site n'est plus mis à jour par l'association DECOS

 

Pour accéder au nouveau site

cliquez sur le logo ci-dessous

 

Accès au site officiel de l'association DECOS

 

×